De l'investissement

Publié le par bounty

Ces derniers temps, je me trouve plongé dans une réflexion que j'ai envie de vous faire partager. Elle concerne notre rapport à l'objet toujours plus éphémère, et la déshumanisation qui s'en suit. Il y aura probablement 2 articles.

Mon travail me demande de porter quotidiennement des costumes. Ce n'est pas un problème, je suis allé il y a quelques mois dans des magasins type "Zara" ou "H&M" et j'y ai acheté des costumes bon marché.

Aujourd'hui, je comprend que ma démarche n'a pas été la bonne : Après quelques passages au nettoyage à sec, la faible qualité du tissu devient évidente. La coupe des vêtements m'apparait de plus en plus médiocre, ils n'ont aucune tenue, bref, ce sont des achats que je regrette. Ces costumes, je vais les garder encore 6 mois avant de devoir les jeter (et là j'exagère à peine). La conclusion assez évidente qui m'est venue à l'esprit est la suivante : J'aurais du taper dans de la qualité. J'aurais eu des vêtements bien coupés qui m'auraient duré plus longtemps.

Je continue.

Mon travail me demande de porter quotidiennement des chemises. Même démarche que pour les costumes, direction le centre commercial pour acheter en prêt à porter de la chemise bon marché. Au moment de l'achat, on se dit qu'on fait une bonne affaire, la qualité du tissu est pas ultime mais bon, c'est pas cher. Et bien entendu, sur la distance, on ne s'y retrouve pas.

Nos modes de consommation sont résolument court-termistes. Cela se traduit par l'aquisition de produits bon marchés, et bien souvent de piètre qualité. Passé un certain temps (généralement assez court), on se voit dans l'obligation d'acheter de nouveau. Sans tomber dans le gauchisme primaire, cela fait "tourner la machine". Le constat qui s'en suit est le suivant : Moins cher, c'est plus onéreux.

Je vais donc pour la suite investir dans des vêtements de qualité, comme on faisait au bon vieux temps. A une certaine époque, quand on avait besoin d'un costume on allait chez le tailleur. Avant d'être un vendeur cette personne était un artisan. En plus de prendre vos mesures, il vous écoutait et pouvait de ce fait vous proposer la coupe ou le tissu le plus approprié à l'utilisation future du vêtement. Le résultat, c'était bien sur un vêtement de qualité, qui vous était personnalisé. On le gardait des années durant, bref, on raisonnait sur le long terme. Avec le temps, c'est un objet qui acquérait une âme, une histoire.

Je compte donc aller pousser prochainement la porte d'un tailleur. Choisir le vêtement comme je le souhaite, obtenir du tissu de qualité, faire travailler un artisan sont des problématiques qui me semblent plus importantes que la seule recherche du produit bon marché. De plus, je suis persuadé d'être gagnant sur le long terme, puisque je pense réaliser un investissement plus qu'un achat.

Si cela vous intéresse, je vous ferais un petit retour d'expérience.

Publié dans Taïwan

Commenter cet article

Pierre 30/03/2009 10:12

Olivier: nan meme pas 3 mois, et je fais de l'info parce que je suis un peu un geek. Au besoin, demande a bounty mon numéro de tél.

milou 17/03/2009 01:16

si tu mets autant de temps a choisir le tissu que le costume (cf cet été ) ;-) t'es pas couché!

bounty 29/03/2009 12:37


Je ne vois pas de quoi tu parles ^^


Olivier 10/03/2009 19:56

Pierre, ca fait longtemps que tu es à Oslo? Tu fais quoi la ba?
 
Je bosse à Arendal (4h d'oslo) donc je pourrai pas venir à ta crémaillere mais la prochaine fois que je vais à Oslo je te fait signe!

Marinou 10/03/2009 07:44

Bounty j'ai le même problème avec mes strings (et je rigole pas en plus)

bounty 29/03/2009 12:37


^^


Pierre 10/03/2009 00:09

Fanfoué: si je cite Dell c'est parce qu'ils sont dans les rares fabriquants d'ordis portable a laisser un choix (peut etre pas sur toute leur gamme mais c'est déjà un début...)Olivier: t'as sur Oslo ?  si c'est le cas faut passer à notre crémaillère le 28 ! :)