De l'aide "intelligente"

Publié le par bounty

J'ai écris ça quand j'étais au Maroc. Je vous le livre tel quel ! A suivre, un petit récit de mon passage à Marrakech.
Stay tuned !

Je voulais vous faire part d'une chose, qu'il est, je le pense, important de garder à l'esprit quand on voyage dans des pays plutôt pauvres. Dans ces pays, il y est courant de se faire aborder par des enfants qui mendient. Au Cambodge, ces enfants vendaient aux touristes des petits bracelets, ou encore des cartes postales. Au Maroc, ils jouaient du djembé puis vous demandaient une pièce.

Sur le moment, il est très tentant de vouloir leur donner ce qu'ils réclament, car ils sont attendrissant, et nous renvoient à notre richesse : ça nous change quoi de lâcher 1 euro ? Mais il vaut mieux se poser la question : qui aide-t-on vraiment ? J'avais posé la question à mon guide au Cambodge, qui m'avait répondu que ces enfants travaillent pour le compte de leur famille. Ils vont à l'école le matin, et mendient l'après-midi. Au Maroc, je n'en sais rien, mais il est possible que cela soit la même chose.

Je ne suis pas en train de dire “ne donnez pas votre argent aux mendiants”, car ce serait bien mesquin de ma part. Je dis plutôt : “si vous voulez aider un enfant, faîtes le intelligemment”. Car d'une part, cet enfant ne gardera pas votre pièce puisqu'il la donnera à ses parents. D'autre part, en donnant, indirectement vous supportez le système et laissez cet enfant dans la rue.

Bon. A partir de ce constat, que faire ? Et bien, il existe de nombreuses façon d'aider les gens d'un pays. Par exemple au Cambodge, il y avait un peu partout des urnes pour faire des donations à des assoces locales, qui luttaient contre la prostitution des enfants ou encore la pauvreté. Une autre façon de faire des dons, est de les faire en nature (pas de blague hein). Par exemple, vous pouvez apporter des livres pour enfants (pour peu qu'ils soient dans une langue lue dans le pays, par exemple le Français au Maroc), ou encore des jouets. Au Cambodge dans un village, j'ai vu des enfants qui s'étaient construit une voiture avec une bouteille, des bouchons pour faire les roues et une ficelle pour tirer le tout.... Imaginez le bonheur qu'ils ressentiront si vous leur apportez des petites voitures ou un camion de pompier : Je reste convaincu qu'un enfant vous sera bien plus reconnaissant si vous lui filez un jouet plutôt qu'un dollar. Si vous n'avez rien apporté, vous pouvez rentrer dans un magasin pour acheter des livres ou des jouets : vous supporterez en plus le commerce local.

Enfin je pense au Maroc, où il est relativement cher de se procurer un téléphone portable. Pourquoi ne pas apporter votre ancien portable, celui dont vous n'avez que faire depuis que vous avez changé d'abonnement ? D'une part ça videra un de vos tiroir, et d'autre part on vous filera un thé à la menthe !




Je suis plus que jamais intéressé par vos remarques/suggestions à ce sujet !

Publié dans Voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

motte 20/01/2009 19:53

De l'aide intelligente... en effet.  J'ai eu un cours de marketing associatif (DUT carrières sociales) assez intéressant concernant l'utilisation des dons dans certaine grandes associations. Les frais de fonctionnement et surtout le budget de communication (c'est-à-dire la recherche de nouveaux donateurs) peuvent représenter de 60% à 80% du budget! En clair sur 10€ seulement 2€ seront utilisés pour la cause défendue…
Donc plutôt privilégier les petites associations ou les dons en nature (temps, vêtements…).
 
Pour plus d’infos : http://www.fdf.org/document?id=5027&id_attribute=48 
 

bounty 21/01/2009 15:07


En effet, 80% c'est completement démesuré...


raph 11/01/2009 14:08

à ce sujet de la mendicité dans les pays "pauvres", me revient en mémoire une scène de l'excellent film "les neuf reines" (nueve reinas, f. bielinski, un must-see) : en argentine, un homme est assis dans le metro, un enfant pose un petit jouet sur le genou de l'homme, attendant que l'homme prenne le jouet et laisse un billet. l'homme, facétieux, prend le jouet, pose un billet à la place mais laisse une autre voiture jouet sur son autre genou : le garconnet se retrouve face à un choix cornélien, prendre le jouet ou le billet... il hésite et ... prend le billet, garder son travail est à ce prix...- l'homme finit par lui donner l'autre jouet.je viens de trouver la video sur youtube http://fr.youtube.com/watch?v=djShLrdMxes&feature=related (scène à 3:43 -> 4:48)

bounty 15/01/2009 22:38


Bien vu en effet.

La gratitude se lit dans le sourire du gamin.